GR 651 (Compostelle): de Sauliac-sur-Célé à Saint-Sulpice – Lot, France

Vues imprenables sur la vallée du Célé

Départ: Retour à Sauliac centre en voiture avec Helen. 
Longueur : 15,50 km mais nous avons appris la règle d'or ici: on ne compte pas les kilomètres, mais le nombre de causses à gravir!
Dénivelé positif cumulé: 477 m
Météo: 22°c ; petite pluie bienfaisante, rafraîchissante... j'aime la pluie... Savourons cette parenthèse fraîcheur car la suite s'annonce hot.
Paysage / Terrain: Causse et rocaille, pas de grand changement par rapport à hier, sauf que les pierres sèches blanches sont devenues des pierres mouillées noires. Pas mal de boue aussi, et toujours ces vues imprenables sur la vallée. Célé mais c'est beau !
Balisage: Aujourd'hui nous rencontrons le responsable du balisage du GR651. Il veut connaître notre avis à propos de celui-ci et je confirme : excellent jusqu'à présent.
Hébergement : Gîte d'étape (bar et resto) « Le Saint-Sulpice ». Bien indiqué, formule ½ pension possible, préparation de paniers pique-nique et connexion internet disponible. Une bonne adresse !
En chemin: En entamant l'ascension ce matin, je repense aux paroles d'Helen et Richard... « C'est bon pour le coeur »... « Il faut 7 jours de marche pour s'habituer aux causses »... et aux conséquences ? 

En route nous admirons encore des édifices insolites et impressionnants, tels que des habitats troglodytes ou des créations improbables comme cette terrasse en bois posée en équilibre sur des roches.
Ce midi nous vivons une pause pittoresque à Marcilhac-sur-Célé, dans le seul restaurant ouvert : « Le Restaurant des Touristes ». Nous avons l'intention de manger un plat léger pour marcher « facilement » cet après-midi. Un monsieur nous fait attendre à la porte, car il doit d'abord « demander à Pierrette ». Autorisation accordée. Le monsieur nous accompagne à notre table. Sans que nous commandions quoi que ce soit, les plats arrivent : melon, jambon de pays, tomates du jardin avec vinaigrette sérieuse (Harnoncourt comprendra)...
Echange de sourires déconcertés avec un jeune couple entré en même temps que nous... Tout est de qualité. Nous ignorons tous les détails de ce qui va se passer, mais c'est plutôt de bon augure. Je complimente Pierrette, dont la réponse déterminée ne tarde pas « Finissez les plats ! ». Ce qui finalement n'est pas une option négociable puisqu'elle se charge de vider les plats non terminés dans nos assiettes (décidément, Harnoncourt si tu m'entends...).
Puis notre table se garnit d'agneau (succulent à ce qu'il paraît), de pommes de terre rôties à l'ancienne et de tomates au four. L'assortiment de fromages est parfait, et les fraises, une conclusion de choix à ce repas innatendu. De la bonne cuisine « grand-mère » et une patronne que nous n'oublierons pas !
Finalement, nous arrivons assez tôt au gîte, l'étape est plus facile que prévue et c'est une bonne surprise. Demain, journée difficile en perspective, avec des conditions similaires à mardi. Essayons de passer une bonne nuit...
Guide : Topoguide: Sentier vers Saint-Jacques de Compostelle via le Puy > Figeac - Moissac > Rocamadour - La Romieu (Fédération française de la randonnée pédestre, mai 2012) --> édition 2016 par ici

 

Ça fait du bien, une journée grise et rafraîchie par une fine pluie

Habitats troglodytes...

...et constructions improbables

Quand la pierre sèche blanche devient la pierre mouillée noire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *